Bonjour chers amis de la famille Ackermann !!!

je dois vous dire que dans l'#excentrique #famille #ackermann, #morgan et #cyril le #pere #invisible mais #present sont très friands des massages asiatiques qui sont particulièrement bon pour le corps ! Si le massage tel qu'il est pratiqué actuellement dérive souvent d'une approche anatomo-physiologique moderne, son origine quand à elle remonte à des millénaires et prend naissance dans la médecine traditionnelle de l'Empire du milieu. Le Nei Jing Su Wen (3700 ans avant J.C. selon LAVIER), attribué au mythique Empereur Jaune et fondateur de la civilisation chinoise HUANGDI, serait le premier traité de médecine chinoise traditionnelle. En plus d'être un important ouvrage d'acupuncture, il y consacre 30 de ses différents chapitres au massage (le An-Mo) et à la gymnastique. En 2700 avant J.-C, le Chinois KONG FU fait une liste exhaustive des techniques du massage et des exercices de gymnastique utilisés dans la pratique chinoise des arts martiaux « pour favoriser l'harmonie entre les facultés intellectuelles et les différentes parties du corps afin que l'âme ait un serviteur puissant et fidèle ». Le massage fait ainsi partie des plus anciennes méthodes thérapeutiques extrême-orientales avec la pharmacopée, l'acupuncture et la moxibution.

Dix-sept siècles avant notre ère, on retrouve un traité illustré de gymnastique et massage. Encyclopédie en 64 volumes, le San Tsai Tou Hofi consacre un volume aux massages par frictions, pressions, percussions et vibrations.

En Orient, le massage occupe une place de choix depuis l'époque la plus reculée. La différence qui existait jusqu'à ces derniers temps entre les attitudes orientale et occidentale résulte peut-être de la révolution scientifique qui s'est opérée en Occident il y a environ deux siècles et demi. Les anciens concepts associant le corps à l'esprit et à l'âme ont alors été rejetés comme non scientifiques, et, au cours du temps, on en vint à voir dans le corps humain une sorte de machine complexe, dont l'entretien devait être confié à des spécialistes hautement qualifiés, autrement dit les médecins. En Orient, aucune attitude "scientifique " de cet ordre n'a prévalu avant ces derniers temps, et la population des pays pauvres a continué à allier le désir instinctif de masser pour soulager aux techniques de manipulation et aux théories élaborées par une longue tradition de " médecins aux pieds nus ".

Le An-Mo, puis le Tui-Na et le Shi-Atsu sont issus de ce type traditionnel de massage, tel qu'on le pratiquait en Chine. Il arrive parfois que le terme An-Mo («calmer avec les mains »), soit relié au mot Tui-Na (« saisir en poussant »), car ces deux mouvements se correspondent dans cette approche qui s'inscrit dans la filière particulièrement riche des techniques manuelles pratiquées depuis des millénaires en Extrême Orient. Si l'on en croit la tradition, l'Inde aurait été le berceau de toutes ces disciplines corporelles de bien-être. Enseignées par des moines bouddhistes, ces techniques se propagèrent d'un côté vers la Birmanie, le Cambodge, le Laos et la Thaïlande (donnant le massage Thaï, le Nuad Bo'Ram, vieux de 2500 ans), de l'autre vers la Chine où elles se modifièrent sous l'influence conjuguée du Taoïsme et du Confucianisme

famille-ackermann.com

Si la #famille #ackermann n'#existait pas, il aurait #fallu l’#inventer

 

 

FOUGUEUSE…LA FAMILLE ACKERMANN

FAMILLE-ACKERMANN.COM

 

https://www.facebook.com/pages/La-Famille-Ackermann/469094403145843

 

@clanackermann