Bonjour chers amis de la famille Ackermann !!!

L'#excentrique #famille #ackermann et #cyril le #pere #invisible mais #present ont déserté ce type d'événement sauf lorsque #morgan y participe : Les festivals ! C'est pas mon cas j'adore l'été écumer les différents festivals régionaux selon les endroits ou je me trouve ! Le terme apparaît dans le Nord de la France en 1829 et est lié au mouvement orphéonique, fête musicale populaire à vocation charitable et politique qui progressivement s'annualise et se laïcise. Mot emprunté à l'anglais qui est lui-même emprunté à l'ancien français festival « de fête ; joyeux ; solennel », mot latin festivus. En France, les festivals participent de la nouvelle ère culturelle qui s'est ouverte après la guerre. Celui d'Avignon s'est créé dès 1947; le Nice Jazz Festival, dans les arènes de Cimiez, l'année suivante. Théâtre romain de Vienne ou pinède en bord de plage à Juan-les-Pins, la recette du lieu à dimension touristique devient la valeur ajoutée. Le territoire français comprend aujourd'hui une multitude de festivals de tout genre dont nul ne peut chiffrer aujourd'hui l'offre complète. Le site Infoconcert comptabilise par exemple près de 100 festivals musicaux pour le seul mois de juin 2015. En Tunisie par exemple, les premiers festivals datent du début du XXe siècle, mais leur véritable essor n'a commencé qu'à la fin des années soixante, après la décolonisation. Le premier festival tunisien a vu le jour en 1906 à Carthage. Le Festival de Dougga a débuté en 1924, un seul spectacle du répertoire du théâtre classique français était alors présenté en juillet de chaque année. Au cours de cette période de leur évolution, ces festivals ne représentaient pas encore le phénomène social et culturel qu'ils sont devenus. De par le public ciblé et le contenu de leur programmation, ces festivals restaient élitistes, voire marginaux par rapport aux attentes des populations locales. À l'orée des années soixante, les festivals connaissent un essor réel : dans l'exemple tunisien, le festival de Sousse débute en 1958, Tabarka en 1961, Carthage en 1963, Hammamet en 1964, Monastir en 1965, les Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), le festival de Testour en 1966; le festival de Douz en 1967... À partir des années soixante-dix, le nombre festivals se multiplie et leur répartition régionale se confirme. En même temps, ils subissent des mutations importantes tant au niveau du contenu des programmes que celui du public qu'ils attirent. En outre, ils sont hiérarchisés en plusieurs catégories : internationale, nationale, régionale et locale. Dans le domaine du cinéma, le Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) demeure le plus grand festival du continent africain. Il se déroule tous les deux ans à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso.

famille-ackermann.com

Si la #famille #ackermann n'#existait pas, il aurait #fallu l'#inventer

 

ÉLUE…LA FAMILLE ACKERMANN

FAMILLE-ACKERMANN.COM

https://www.facebook.com/pages/La-Famille-Ackermann/469094403145843

 

@clanackermann